Article 0

Un gros ballon dans un cabinet de kiné, ça peut sembler banal, surtout quand ce dernier croupi à moitié dégonflé dans le fond d’une salle de rééducation ! Le kiné vous dira qu’il n’a pas le temps de s’en occuper, qu’il connait d’autres techniques plus appropriées à la rééducation de ses patients. Pauvre ballon, tu vas finir au placard ! Sauf qu’un jour, le kiné ramène 1 nouveau coéquipier à ce gros ballon, un joli ballon nacré estampillé Postural Ball®. Il se sent tout à coup moins seul et il a même repris un peu de gonflant. Désormais, ils travailleront ensemble avec une nouvelle technique de rééducation ; une technique pour laquelle le kiné est impatient de la faire découvrir à ses patients.

Je suis masseur-kinésithérapeute diplômée depuis 2003 et ostéopathe depuis 2009. Mon parcours professionnel m’a permis de croiser la route de Nadine Garcia en juin 2017 et de devenir instructrice Postural Ball® auprès de mes patients. Aussitôt formée, aussitôt appliqué au cabinet !

« J’ai commencé à travailler avec des patients présentant des scolioses afin de mettre en avant les bénéfices de la technique du point de vue posture, assouplissement et musculation Mon premier « cobaye » Postural Ball® est une jeune maman de 30 ans présentant une scoliose, prononcée qui a nécessité un port de corset nocturne et diurne lors de sa croissance. Son activité professionnelle la contraint à la position debout prolongée, au port de charges et à la manipulation sur plan de travail. Nous réalisons 2 séances par semaine, dont une spécifique kiné. Elle m’a avoué qu’elle aimerait une séance quotidienne, tant ça lui fait du bien. Aujourd’hui elle ressent moins de difficultés sur le maintien posture debout, une fatigabilité diminuée sur sa journée, plus de souplesse du dos, un renforcement accru des muscles spinaux et érecteurs du rachis, et évidemment une détente physique et mentale.

Les véritables testeurs de la technique Postural Ball® au cabinet, sont pour moi les enfants. J’ai beaucoup de consultations axées sur la motricité, l’orthopédie, la neurologie ou la traumatologie avec les « loulous » âgés de quelques semaines à plus de 15 ans. Un enfant qui a besoin de kiné doit être content de venir le voir, il doit s’amuser sans se rendre compte qu’il travaille. Le ballon est devenu un allié en or ! Les parents présents dans la salle d’attente sont étonnés d’entendre leurs enfants prendre autant de plaisir durant les séances de kiné.

J’ai mis en place les séances avec 2 petites patientes, d’une façon plus ludique avec des ballons de petit diamètre adaptés à leur taille. La première petite patiente est âgée de 7 ans. Elle présente une paralysie du plexus brachial du membre supérieur droit. Elle a déjà subi plusieurs opérations telles que greffes de nerf et transposition musculaire pour lui permettre d’être la plus autonome possible.  2 séances par semaine pour l’équilibre avec par exemple posture genou dressé (ballon retenu) bras à l’horizontal, ou en sirène avec appui sur ses mains. Le but des séances est d’abord de lui donner le maximum de mobilité sur son épaule, d’éviter les rétractations musculaires, et de gagner en force et autonomie. Avec la seconde âgée de 5 ans, nous travaillons sur une attitude scoliotique liée à une position vicieuse du rachis cervical en inclinaison avec retentissement sur la musculature cervicale. Je la suis en consultation depuis qu’elle est bébé, avec travail en amont des tensions cervicales, torticolis congénital bilatéral et travail ostéopathique spécifique sur le crâne. C’est tout naturellement que je lui propose le ballon, travail en posture assise pour l’érection rachidienne, pour les paravertébraux et muscles cervicaux, idem posture ventrale, et tous les étirements. L’efficacité de la technique est visible très rapidement sur sa posture, elle se tient spontanément plus « droite », a gagné en tonus des paravertébraux et en endurance sur les exercices musculaires. Avec le ballon, les enfants se rendent moins compte de ce que je leur propose, mes séances sont déguisées et nous avançons beaucoup plus rapidement.

En moyenne je réalise une dizaine de séances Postural Ball® par semaine avec mes patients. Je l’ai d’emblée proposé à tous ceux pour qui, la rééducation du rachis nécessitait une prise en charge musculaire, une réhabilitation à l’effort, une prise de conscience des mouvements du rachis et du bassin, une amélioration de l’équilibre, un assouplissement… en fait, tout ce qui rentre dans une rééducation kiné classique. Et ça fonctionne encore plus rapidement que ce que je pensais ! Pour l’instant chaque séance est en individuel, sur la 1/2heure de soins. Tout est identique à un cours de postural classique, musique, tapis, lumière peu aveuglante, pièce chauffée.  Je réalise la séance avec eux et je corrige. Les patients sont conscients d’avoir un « professionnel de santé » capable de bien les guider dans la rééducation, quelqu’un qui connaît leurs antécédents (médicaux ou non), les douleurs, les raideurs. Etre seuls en séance leur donnent encore plus confiance dans les mouvements qu’ils réalisent, parce qu’ils sont guidés rapidement, orientés vers la bonne posture. Les informations sont données en lien avec leurs pathologies. On rentre vraiment dans la rééducation spécifique et individuelle !

Le retour principal des patients c’est un bien-être général, une détente globale de tout le corps. Un travail musculaire de pleins de « petits » muscles dont ils n’avaient plus conscience ! Désormais les patients demandent 1 heure de séance, c’est dire !

Une de mes patientes, va en cours de Pilates mais ne manque pas son rendez-vous Postural Ball® ! Elle me confirme que les 2 techniques n’ont rien à voir et qu’elle ne vient pas chercher la même chose. Pour elle, le Postural Ball® est plus complet, travail des muscles plus en profondeur, étirements plus en rapport avec les muscles travaillés, et moins saccadé sur la réalisation des mouvements. Tout en douceur, mais en force ! Il y a une prise de conscience des mouvements du corps par les patients, de ce qu’ils sont capables de faire et de ce qu’ils ne pensaient pas être capables de faire.

Les patientes atteintes du cancer du sein sont nombreuses, et la rééducation axée Postural Ball® permet : Mobilisation du bras et du complexe de l’épaule – Récupération des amplitudes articulaires – Travail musculaire dos et membres supérieurs. Travail sur la posture, perturbée en l’absence partielle ou totale du sein. – Reprise de confiance en soi dans l’effort physique, pour une reprise optimale des activités professionnelles et personnelles. – Détente Les postures sur le ventre, poitrine et épaule doivent avoir un impact sur la circulation de la lymphe. Le ballon agit en pression douce sur le ventre, et l’épaule ce qui induit des appuis indirects sur les circuits de drainage lymphatique. Pas de travail autorisé si patiente en cour de traitement et si présence de chambre implantable évidemment.

La réalisation des séances avec mes patients m’a permis une prise de conscience des bienfaits de la technique Postural Ball® sur moi-même avec : 

– Coté articulaire : souplesse hanches, bassin et rachis en totalité +++  – Coté musculaire : Travail des spinaux érecteurs du rachis +++  Pas de tensions dans le dos en fin de journée au travail, pas de sensation de fatigue du haut du corps (particulièrement sollicité par mon job) ; abdos au top avec travail en gainage des attaches hautes et basses. Travail indirect du périné (fibres profondes du releveur de l’anus difficiles à travailler en kiné périnéale classique) et ce, grâce au transverse de l’abdomen +++ – Sangle abdo plus tonique et qui est plus rapidement sollicitée que sur d’autres sports. Travail et sollicitation des muscles carré des lombes entre côtes et bassin. Travail des membres inférieurs lors des appuis ballons en gainage et isométrique qui affine et galbe les cuisses.

– Coté respiratoire : Le travail en isométrique musculaire + respiration longue et prolongée à un impact sur les gaz du sang. Il serait intéressant de pouvoir comparer la saturation en O2 au début et à la fin de la séance. L’apport en O2 de l’arbre bronchique est modifié avec une inspiration sur grand volume et expiration longue à bas volume, et ce, plus que sur un volume respiratoire courant. Il n’y a pas de spasme bronchique, donc un meilleur apport O2 des alvéoles de l’arbre bronchique inférieur. On favorise l’oxygénation des muscles et des cellules du corps en général. Prévention plus que positive des pathos cardio-respiratoires et entrainement de la pompe cardiaque à l’effort.

J’ai participé à beaucoup de formations depuis que je suis diplômée, des très intéressantes et d’autre beaucoup moins. Avec le Postural Ball®, c’est impressionnant la facilité qu’il y a de travailler auprès de chacun. Les séances se font naturellement en fonction des attentes des patients, pas de prise de tête, du sur mesure. C’est devenu pour moi une technique indispensable à mettre en avant dans toutes les rééducations de mes patients. Vraiment c’est bluffant ! peu de mes formations m’ont permis autant d’adaptabilité ! Cette grosse balle a fait son entrée dans mon cabinet et n’est pas prête d’en sortir !

Caroline ROLLAND LEMERCIER

Masseur-kinésithérapeute et ostéopathe DE